Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-05-04T14:57:13+02:00

La Colombine

Publié par Emma Ponthier
La Colombine

L’histoire se déroule dans les années 70, à Dampvalley-les-Colombe, petit village de Haute –Saône, au lieu dit « La Colombine ».

Emma et Anne attendaient avec impatience chaque mercredi après-midi, moment propice à la détente et aux loisirs. Elles se rendaient, comme à l’accoutumée, à la Colombine, une rivière qui traversait tout le village. A un endroit particulier, l’eau y était beaucoup plus abondante ce qui ressemblait à une sorte de bassin, idéal pour la baignade.

Emma adorait l’eau depuis sa plus tendre enfance et malgré le froid glacial à son premier contact, elle s’y jetait à chaque fois tout entière tant elle ressentait le besoin de s’y mouvoir. Elle affectionnait cet endroit tout particulièrement, c’était un peu comme si elles avaient leur piscine particulière.

Le contact avec le fond était glissant, gluant et peu agréable mais les deux fillettes étant en perpétuels mouvements, elles s’en accommodaient toujours rapidement.

Ce jour là, un évènement inattendu allait survenir. Emma dévala à toutes jambes la route qui menait chez Anne. Cette dernière n’étant pas prête, Emma manifesta une certaine impatience.

« Dépêche toi, j’ai envie de me baigner ».

« C’est bon, tu n’es pas à 2mn près quand même ! »

« Pffff….. ».

Anne prit son sac et les deux amies partirent joyeusement en direction de la Colombine. Ce jour là, le temps était lourd et menaçant, mais rien n’aurait pu gâcher ce moment, ni les éclairs qui illuminaient le ciel, ni le vrombissement retentissant du tonnerre qui sévissait au loin.

Elles arrivèrent à la Colombine, jetèrent leur sac dans l’herbe, sans même prendre la peine de sortir leurs serviettes de bain et se jetèrent à l’eau, particulièrement glaciale cet après midi. Elles criaient à gorge déployée, s’éclaboussaient, comme elles le faisaient si souvent et ne s’occupaient guère du ciel menaçant.

A un moment, Emma sentit quelque chose lui chatouiller les mollets.

« Anne, arrête tes bêtises ! »

Anne était sous l’eau mais ne remontait toujours pas à la surface. L’eau était trouble, entre la vase et leurs mouvements, rien d’étonnant ! Il était impossible de voir quoi que ce soit.

En même temps, le ciel devenait de plus en plus sombre, l’orage se rapprochait, les éclairs éclairaient le ciel. Les 1ères gouttes commencèrent à tomber.

« Anne, remonte, il pleut, vite, il faut partir…... »

Emma commença à paniquer. Elle sentait toujours quelque chose lui chatouiller les mollets, Anne ne remontait toujours pas, et à moins qu’elle fut en train de battre le record de Jacques Maillol dans le grand bleu, elle ne réapparut pas.

Le cœur d’Emma se mit à battre si fort qu’elle pensa un instant qu’il allait lui transpercer la poitrine. Quelque chose était arrivé à Anne, elle en était sûre. Elle voulut crier au secours mais aucun son ne sortit de sa bouche. Elle était muette, pétrifiée par la peur.

Soudain, la foudre s’abattit dans un vacarme épouvantable… Emma fût projetée hors de l’eau. Grelottante, tremblante de froid et de peur, elle se réfugia sous un arbre, blottie dans une serviette pour se réchauffer. Ses dents claquaient, chaque parcelle de son corps tremblait, elle ne cessait de se répéter « mais où est Anne ???? ».

Elle regarda ses chevilles sur lesquelles on pouvait distinguer une marque rougeâtre, comme l’empreinte d’une main qui l’aurait serrée très fort. Et soudain, la plus improbable des choses arriva. Anne se tenait derrière elle.

« Mais comment est-ce possible ?!!!! T’étais où ???? J’ai eu trop peur !!!!»

Emma se demanda un instant si elle n’était pas en train d’halluciner, mais non, Anne était bel et bien là, droite devant elle.

Pendant qu’Emma était sous l’eau, Anne était sortie et s’était cachée tout ce temps pour lui faire cette farce de mauvais goût. La peur avait laissé place à la colère.

« Tu te rends compte que j’ai cru que tu t’étais noyée !!! ».

Voyant que rien ne pourrait calmer Emma, Anne lui présenta ses excuses. Emma lança un regard en direction de ses jambes sur lesquelles l’empreinte de deux mains ne semblait pas se dissiper.

Si Anne n’était pas dans l’eau, qui lui avait tenu les chevilles ?...

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog