Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-06-14T10:39:43+02:00

Les commerçants : Episode 2. Les vendeuses de vêtements.

Publié par Emma Ponthier
Acrylique, Irma Lutz, artiste peintre.

Acrylique, Irma Lutz, artiste peintre.


Il existe trois catégories de vendeuses : celle qui te saute dessus dès ton entrée en magasin, celle qui t’ignore complètement parce qu’elle joue à Candy Crush sur son smartphone et enfin, celle qui te flatte quand tu essaies un vêtement qui ne va pas du tout et que tu ne ressembles à rien.
La première ne te laisse pas le temps de respirer. Dès ton arrivée, elle te met le grappin dessus. "Bonjour Madame"," Vous désirez quelque chose de particulier?"," Si vous voulez une taille, n’hésitez pas", "Vous avez vu quelque chose qui vous intéresse?", "Vous cherchez une couleur en particulier?". En fait, chaque question et suivie d’une autre, avec intervalles de cinq secondes pour reprendre sa respiration et te torturer avec de nouvelles questions. Sans cesser de te harceler, elle te suit en te collant. Elle suit chacun de tes pas, telle une sangsue ayant besoin de s'abreuver de ton sang et commente tout ce que tu fais, tout en continuant ses questions, sans relâche... A un moment, tu craques et tu sors. Ce type de vendeuse fait fuir le client. Un jour où l’une d’entre elles m’avait demandé huit fois de suite si j’avais besoin d’aide, j’avais fini par dire, « Non merci, je peux marcher toute seule ». Devant l’air offusqué de la vendeuse, je n’ai jamais renouvelée l’expérience.
Le deuxième type de vendeuse, contrairement à la première, t’ignore complétement. D’un côté, si tu veux juste jeter un œil, c’est la vendeuse idéale. D’un autre, si tu cherches quelque chose de spécifique, tu es dans la mouise la plus complète. Scénario catastrophe : 2 vendeuses font une partie en réseau et te snobent complétement car tu les embêtes dans leur partie. Elles ne veulent pas risquer de perdre leur score à cause de toi. Tu ne les intéresses pas, tu leur fait perdre leur temps.
La troisième catégorie te laisse en « semi tranquillité ». Au moment où tu regardes sous les néons peu flatteurs, le reflet de tes bourrelets cellulitiques sous la robe trop moulante que tu as eu du mal à enfiler, sans oublier les poils de tes jambes non épilées car tu avais un pantalon ce jour- là, en résumé, quand tu te sens au minimum de ton potentiel de séduction, tu sors de la cabine d’essayage et elle te dit, contre toute attente « Jamais une robe n’a été aussi bien portée » ou encore « Si elle ne vous va pas, à qui peut- elle aller ? ». A ce moment, l’hypocrisie a atteint son paroxysme. La vendeuse est dans le processus de vente. Quoi il advienne, tout te va, même si tu as l’air d’un sac à patates ou d'une piscine à trois boudins. Tu achètes quand tu es jeune, mais avec l’expérience, tu rétorques « Non merci, j’ai un miroir devant moi ». Tu remballes ta fierté et tes bourrelets, tu sautes dans ton jeans et tu décides finalement de t'arrêter à la chocolaterie où là, tes papilles gustatives obtiendront une réelle satisfaction.

Voir les commentaires

commentaires

Valérie 14/06/2015 15:28

Que c'est bien dit et ... tellement vrai !
Merci pour ces moments de lecture bien agréables ...

Emma 14/06/2015 16:15

Demain, épisode 3 à la parfumerie :-)

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog